Skip to content

Jury National

Eileen Hofer

Née à Zurich en 1976, Eileen Hofer entame une carrière de journaliste à la rédaction d’un magazine suisse avant de se lancer dans la réalisation en tant qu’autodidacte. En 2008, elle réalise son premier court métrage, Racines. Présenté dans 70 festivals et sélectionné en compétition internationale au Festival de Clermont-Ferrand, il remporte une dizaine de prix. En 2009, s’ensuit Le Deuil de la cigogne joyeuse, sélectionné dans une quarantaine de festivals et lauréat du Prix du meilleur court métrage suisse en 2010. Son premier long métrage He Was A Giant With Brown Eyes a été écrit, réalisé et produit en neuf mois. Tourné à Cuba, son deuxième long métrage, Horizontes, a été présenté en 2015 en compétition officielle à Karlovy Vary et Visions du réel où il a reçu une mention spéciale. Il circule en festivals avec Nuestro Mar, un court métrage lui aussi tourné à Cuba.

 

Bruno Quiblier

Après avoir terminé ses études de cinéma à l’Université de Lyon, Bruno Quiblier débute sa carrière en 2006 comme assistant à la programmation au Festival Tous Ecrans à Genève. Il en devient ensuite le responsable courts métrages. En 2010, il prend les rênes de l’association Base-Court (www.base-court.ch), qui distribue et programme des courts métrages en Suisse. Membre de la Commission de sélection des courts métrages du Festival de Locarno depuis 2013, Bruno propose également un programme coups de coeur au Short Film Corner du Festival de Cannes. Bruno Quiblier est aussi président de l’association française Short, qui oeuvre à la promotion du court, notamment au festival en plein air Shortorama.

 

Lyes Salem

Lyes Salem démarre sa carrière sur les planches avant de réaliser son premier court en 2001, Jean-Farès, qui participe à de nombreux festivals et qui récolte plusieurs récompenses. Avec Cousines en 2005, il remporte de nombreux prix internationaux et le César du Meilleur Court Métrage. En 2008, il réalise son premier long, Mascarades, qui représentera l’Algérie aux Oscars et sera nommé au César du Meilleur Premier Film en 2009. Son deuxième long, L’Oranais, remporte entre autres le Grand Prix au Cinémamed de Bruxelles en 2014. Parallèlement, il poursuit sa carrière d’acteur au cinéma. On a pu le voir dernièrement dans Je suis mort mais j’ai des amis, de Guillaume et Stéphane Malandrin. Il vient de finir le tournage du film de Carine Tardieu, Ôtez-moi d’un doute, aux côtés de François Damiens et de Cécile de France. Son troisième long métrage est en cours d’écriture.

 

Bastien Ughetto

Après avoir passé son adolescence en Argentine, Bastien Ughetto débarque à Paris à 18 ans, bien décidé à faire du cinéma. Novice, il écrit, joue et réalise lui-même ses courts métrages. François Ozon le repère ensuite au théâtre et lui propose un rôle Dans la Maison. Avec quelques amis, il fonde Les Parasites, un collectif ambitieux qui oeuvre à la création du cinéma de demain au travers de courts métrages inspirés de scènes de la société actuelle. C’est avec eux aussi qu’il écrit son premier long, actuellement en cours de développement. On le verra cette année au cinéma dans Jeunesse de Julien Samani et sur les planches dans une mise en scène de Thierry Harcourt. Amoureux de la nature, il rêve d’une “vélorution mondiale”.